93 résultats
Résultats par page

Retour webmag - 80 ans après, la mémoire perdure

Publié le 25/11/2023 - Modifié le 25/11/2023

Ajouter à mes favoris

80 ans après, la mémoire perdure

Enseignement supérieur et recherche Vie politique et démocratique

150 personnes se sont réunies au Palais universitaire ce samedi 25 novembre pour la commémoration de la rafle des étudiants strasbourgeois du 25 novembre 1943.

150 personnes se sont réunies au Palais universitaire ce samedi 25 novembre pour la commémoration de la rafle des étudiants strasbourgeois du 25 novembre 1943.C’est avec l’interprétation de Ô Nuit par l’Ensemble vocal universitaire de Strasbourg que le moment de recueillement a débuté. Rassemblés dans l’aula Marc-Bloch, présidents d’universités, représentants académiques, élus, parlementaires mais également étudiants et lycéens ont participé à cette cérémonie. 
En 1943, l’Université de Strasbourg est accueillie depuis quatre ans à Clermont-Ferrand en raison de l’occupation allemande. Le 25 novembre, 1200 étudiants et personnels strasbourgeois, catégorisés comme juifs, étrangers ou résistants, sont arrêtés par des soldats et policiers de la Gestapo. 130 d’entre eux sont déportés. "Ce 80e anniversaire n’est pas comme les autres car à ce jour, il ne reste plus aucun témoin de la rafle", déclare Mathieu Schneider, maître de cérémonie.

Enseigner et transmettre

"Je n’aime pas l’expression devoir de mémoire." Des mots cités par Michel Deneken, prononcés par Simone Veil, dont le nom a récemment été donné à un nouveau bâtiment du Parlement européen, elle qui préférait parler de devoir d’enseigner et de transmettre. En tant que lieu de transmission de connaissances et de savoirs, l’université a pour mission de faire vivre la mémoire de ces étudiants. 
Cette commémoration intervient à l’heure où le monde est marqué par les guerres en Ukraine et au Proche-Orient. C’est dans ce contexte que Michel Deneken a rappellé que "sans fraternité, il n’y a pas de liberté et d’égalité", puis achevé son discours par une citation de la chanteuse française Juliette Gréco : "Aimez-vous les uns les autres ou bien disparaissez".

Lucas Bauer
Photos Geneviève Engel