Menu
fr de en
Ajouter à mes favoris

Genre et ville

L’urbanisme est-il sexiste ?

CONSTAT : « UNE VILLE FAITE PAR ET POUR LES HOMMES»

Le sexisme a des traductions concrètes au quotidien dans l’accès aux espaces publics. 


En France : 

 81%
des maires sont des hommes 
75% 
des budgets publics alloués aux loisirs profitent aux jeunes garçons
95%
des usagers des city stades et skateparks sont de sexe masculin1
40% 
des femmes ont renoncé à fréquenter certains espaces publics suite à des manifestations de sexisme dont elles ont été victimes 

Source : Le monde.fr et Ville et Eurométropole de Strasbourg

 

A Strasbourg : 
 

70%
des personnes présentes dans le quartier de la gare entre minuit et 5h du matin sont des hommes 
19% 
des rues portent des noms femmes (source : service géomatique et connaissance du territoire

Source : Ville et Eurométropole de Strasbourg

Quelques exemples concrets 

L’inadaptation du mobilier urbain:  

  • tables de pique-nique difficiles à enjamber avec une jupe 
  • crochets à vélo situés à hauteur d’homme
  • absence de table à langer dans les toilettes des hommes

Les images véhiculées dans la ville :

  • nombreuses publicités sexistes 
  • signalétiques des tables à langer avec un personnage en jupe

 

COMMENT FAVORISER L’ÉGALITÉ DES DROITS DANS L’ESPACE PUBLIC?

Pour cela, il faut passer la ville au scanner de l’égalité femmes-hommes :

S’interroger

  • Est-ce que les femmes et les hommes se déplacent de manière identique dans l’espace public ? l’occupent-ils/elles différemment ?
  • L’argent public bénéficie-t-il autant aux unes et aux autres ?
  • Les femmes se sentent-elles en sécurité dans la ville ? participent-elles autant à la prise de décision ?

Analyser

Dans les inégalités d’accès et d’usage constatées entre femmes et hommes dans la ville, quels sont les rôles joués par :

  • L’éducation ?
  • Les comportements sexistes de rue ?
  • Les rôles sociaux attribués aux femmes et aux hommes ?
  • Les aménagements urbains

S’engager

Quels sont les changements à impulser afin de :

  • Favoriser l’égal accès des femmes et des hommes à l’espace public
  • Lutter contre les stéréotypes, les violences et le sexisme dans la ville
  • Faire la ville ensemble

 

AGIR CONCRÈTEMENT POUR UN DROIT À LA VILLE POUR TOUTES ET TOUS 

Il est impératif d’agir dès la conception des nouveaux quartiers et aménagements urbains. 
 

Les applications en cours à strasbourg

  • Priorité aux espaces de loisirs mixtes : fontaines et jeux pour les enfants, circuits sportifs…
  • Taille des trottoirs élargie pour se croiser, notamment pour les parents avec poussettes 
  • Espaces sécurisés et adoucis : éclairage revu dans certains espaces, rues végétalisées, multiplication des lieux de pause : bancs et assises, féminisation des noms de rues

Des pistes d’actions complémentaires

 

  • Vérifier la praticité du mobilier urbain pour toutes et tous
  • Accroître les lieux de mixité dans les quartiers 
  • Éviter les lieux confidentiels et anxiogènes
  • Privilégier des pictogrammes sur les usages plutôt qu’avec des personnages sexués
  • Accroître le nombre de toilettes publiques

Un engagement de la Ville de Strasbourg

Faire appliquer le principe d’égalité femmes-hommes dans tous les domaines de la vie quotidienne, notamment dans l’espace urbain, est un engagement de la Ville de Strasbourg.
Un groupe de travail entre plusieurs services de la collectivité s’est ainsi constitué à l’été 2018 pour déployer un plan d’actions : formation des agent-e-s en charge de l’urbanisme, de l’aménagement et du développement social aux questions d’égalité femmes-hommes, organisation d’expositions et de conférences, liens avec les maîtres d’œuvre pour l’intégration de l’égalité femmes-hommes dans les projets urbains ou d’équipements publics, concours d’écriture sur la lutte contre le sexisme, marches exploratoires, lutte contre le harcèlement de rue…le chemin est long, mais la détermination est grande. 

Conférence d’Yves Raibaud organisée par la Ville de Strasbourg, 3 juillet 2019

GLOSSAIRE 

Genre : concept élaboré pour étudier la façon dont les sociétés pensent, organisent et hiérarchisent la différence des sexes, et le féminin et le masculin. 

Stéréotypes genrés : préjugés sur les qualités assignées aux hommes et aux femmes. Par exemple « une femme doit être douce » et « un homme doit être fort ».

Sexe : regroupe  l’ensemble des caractéristiques physiques et biologiques d’un individu qui l’identifient comme « mâle », « femelle » ou « intersexe ».  

Identité de genre : est pour un individu le fait de se sentir ou de se vivre plutôt « homme » ou plutôt « femme », indépendamment de son sexe. 

Sexisme : une idéologie et des comportements individuels ou collectifs qui perpétuent et légitiment des inégalités entre les femmes et les hommes. Il se manifeste de nombreuses manières (blagues, harcèlement, agressions, féminicides, …). 

Invisibilisation : est un fait de société selon laquelle les femmes sont cachées de l’espace public (espaces extérieurs et vie publique), alors que les hommes sont mis en avant. Par exemple : on trouve très peu de rues qui portent le nom de femmes, alors qu’on en trouve beaucoup qui portent le nom d’hommes. 

Harcèlement de rue : comportements adressés aux personnes dans les espaces publics visant à les interpeller avec des messages intimidants, insistants, irrespectueux, humiliants, menaçants, en raison de leur sexe de leur genre ou de leur orientation sexuelle. C’est une infraction punie par la loi (« outrage sexiste »). 

Agression sexuelle : attouchement sur une partie à caractère sexuel (bouche, sexe, fesses, seins). C’est un délit inscrit dans la loi. 

Urbanisme sensible au genre : une vision et une manière de construire la ville qui vise à réduire les inégalités entre les femmes et les hommes dans l’usage de l’espace public. 

Données sexuées : analyses genrées quantitatives et qualitatives. 

Contact

Mission lutte contre les discriminations

Tél. +33 (0)6 33 42 38 90

Contactez-nous