Ajouter à mes favoris

Cité de la musique et de la Danse

La Cité de la musique et de la danse, dessinée par l'architecte parisien Henri Gaudin, a été inaugurée en mai 2006. Elle s'inscrit dans un ensemble à vocation culturelle, construit en bordure du bassin d'Austerlitz, qui abrite également la médiathèque André Malraux et les archives communautaires.

Le bâtiment a été conçu par Henri Gaudin comme une véritable cité se déployant autour des deux patios grâce à des circulations éclairées par de grandes verrières. Le geste architectural a été largement inspiré d'une part par la flèche de la cathédrale, d'autre part par la proximité de l'eau. Les matériaux et les couleurs ont été soigneusement choisis en fonction de l'environnement urbain et architectural.

Henri Gaudin, architecte

Henri Gaudin est né en 1933 à Paris et a vécu son enfance à La Rochelle. Equerre d'Argent à deux reprises : en 1986 pour les logements sociaux qu'il réalise à Evry-Courcouronnes (Essonne) et en 1994 pour le Stade Charléty à Paris. Grande Médaille d'Or de l'Académie d'architecture en 1994. Diplômé d'architecture à 33 ans, après un début de carrière dans la marine marchande, il garde un attachement particulier à la mer et aux constructions portuaires.

Le
21.11
Musiques révolutionnaires
Cité de la musique et de la Danse - 1 place Dauphine - 67076 Strasbourg
Les bouleversements de la Révolution Française se cristallisent autour de La Marseillaise, qui exalte le patriotisme. Il faut aussi compter avec les œuvres grandiloquentes de Gossec, compositeur officiel de la Révolution, ou celles, enflammées, de l'italien Cherubini, lui aussi au service de la cause révolutionnaire. Le Chevalier Saint-George, élève de Gossec, reconnu « défenseur de la Révolution », brille par ses faits d’armes. Ces hommes engagés peuvent aussi dévoiler une facette bien différente de leur talent. Gossec écrit six quatuors fort aimables. Dans ceux de Cherubini se conjuguent le contrepoint allemand et le style concertant italien. La série de quatuors de Saint-George n’est pas sans rappeler le style galant encore en vogue. Quant à Haydn, il connaît depuis l’Autriche, une notoriété incroyable en ces temps troublés. Nombre de ses pièces de musique de chambre, trios et quatuors, sont publiées à Paris pendant la Révolution. Sur son Alouette d’une « puissance et une diversité jamais dépassées… » , comme le décrit le pianiste Charles Rosen, plane un vent de liberté. Plein 10 € | Jeunes 6 € Concert proposé dans le cadre de l’exposition La Marseillaise au MAMCS Programme François-Joseph GossecQuatuor n°6 en la majeur Luigi CherubiniQuatuor n°2 en do majeur Chevalier Saint-GeorgeQuatuor n°4 en do mineur                                          Joseph HaydnQuatuor n°5 en ré majeur « L’Alouette »
Le
12.12
Henri Tomasi le mélodiste
Cité de la musique et de la Danse - 1 place Dauphine - 67076 Strasbourg
Tomasi n’est pas l’homme d’une doctrine. Changeante, sa musique est tantôt éclairée de la lumière de ses origines méditerranéennes, tantôt assombrie par les bouleversements du monde. Compositeur de son temps, il est ouvert à différentes inspirations, mais reste fidèle à une ligne directrice : « Tout en n’ayant pas craint d’employer souvent les modes d’expression les plus modernes, je suis resté un mélodiste. J’ai horreur des systèmes et du sectarisme. J’écris pour le grand public. La musique qui ne vient pas du cœur n’est pas de la musique ! » Le Concert champêtre, écrit avant la Seconde Guerre mondiale, entraîne dans un univers presque moyenâgeux, populaire et agreste formidablement desservi par les sonorités des instruments. L’insouciance qui s’en dégage est bien éloignée de celle des Danses profanes et sacrées écrites bien plus tard, cinq miniatures, reflets de son âme tourmentée. C’est dans ce courant musical français, qui prône la clarté de la mélodie et la simplicité des harmonies, que s’inscrivent Tailleferre et Poulenc. Ce dernier a toujours montré une grande attirance pour les instruments à vent. Ici rejoints par le piano dans son Sextuor, il leur offre une partition à la hauteur de leurs attentes dans des pages de grande qualité. La Sonate champêtre de Tailleferre est un remerciement à son ami Henri Sauguet pour l’avoir accueillie en vacances, une sérénade fort charmante. Plein 10 € | Jeunes 6 € Programme Henri TomasiCinq Danses profanes et sacrées, pour quintette à vent Germaine TailleferreSonate champêtre pour hautbois, clarinette, basson et piano Henri TomasiConcert champêtre, pour hautbois, clarinette et basson Francis PoulencSextuor pour flûte, hautbois, clarinette, cor, basson et piano
  • Tram A ou D - arrêt Étoile Bourse
  • Tram E ou F - arrêt Étoile Polygone
  • Bus 15, 14 ou 24 - arrêt Étoile Bourse ou Sécurité sociale
  • Sortie autoroute "Place de l'Étoile"
  • Piste cyclable à proximité
     

Accès handicapés à tout le bâtiment.

  • Conservatoire de Strasbourg
  • Bureau du festival Musica
  • Pôle Alsace d'enseignement supérieur des arts
  • Café-restaurant du Conservatoire : tél. +33 (0)3 88 84 75 12.

La Cité de la musique et de la danse est construite sur une parcelle de 5 218 m². Sa surface hors œuvre net (SHON) est de 14 079m², sa surface utile de 8 857m². Les nombreuses terrasses et les cours intérieures expliquent cette différence importante.

Construite sur 6 niveaux dans sa partie centrale, la Cité accueille :

  • Au sous-sol : un parking privé de 50 places et des locaux techniques.

  • Au rez-de-chaussée :

    • Un auditorium de 500 places muni d'une fosse mécanisée, d'une surface totale de 640m² (salle : 390m² ; scène : 250m² ; ouverture cadre de scène : 17m ; profondeur scène : 10 à 13m selon proscenium).

    • Une salle d'orgue de 50 places. L'instrument, dont le buffet a été dessiné par Henri Gaudin, a été construit par la Manufacture Mulheisen.

    • Le café-restaurant du Conservatoire.

    • Les locaux de Musica, festival international des musiques d'aujourd'hui.

    • Les grandes salles destinées au travail des ensembles et à l'accueil du public.

  • Au premier étage :

    • L'administration du Conservatoire.

    • La bibliothèque.

    • Un studio destiné à l'enseignement, l'enregistrement et la production.

    • Le Pôle Alsace d'enseignement supérieur des arts - musique.

  • Au quatrième étage : quatre grands studios de danse.

  • Les salles de cours (environ une centaine) sont réparties sur les premier, deuxième et troisième étages.

  • Cité de la musique et de la danse
Test de titre
Test description

Coordonnées

1 place Dauphine
67076 Strasbourg

Téléphone : +33 (0)3 68 98 51 00

Site internet du Conservatoire de Strasbourg