90 résultats
Résultats par page

Retour Webmag - Au service de l’éco-citoyenneté

Publié le 26/09/2022 - Modifié le 26/09/2022

Ajouter à mes favoris

Une brigade au service de l’éco-citoyenneté

Environnement Sécurité publique

Originellement voués-es au contrôle du stationnement payant, les agents-es de surveillance de la voie publique se réinventent dans des missions de contrôle des incivilités et du respect des règles de propreté.

Neuf heures du matin, parc de l’Orangerie. Deux agents de la brigade éco-citoyenne s’engagent à vélo dans les allées quasi désertes. Ils remarquent une dame tenant une petite fille par la main, une cigarette dans l’autre. Arrêt, explications de la dame qui "ne savait pas" (en dépit des larges panneaux "Parc sans tabac" apposés aux entrées). Ce sera 68 euros.

Un peu plus loin, un homme laissant divaguer son bichon écopera de la même amende.  Depuis le mois de mai, six agents de surveillance de la voie publique (ASVP), sur les 36 de la brigade de Strasbourg, veillent au respect des règles de savoirvivre dans certains quartiers et parcs de la ville. Le transfert du contrôle du stationnement payant à une société privée en 2018 ne leur avait laissé que les infractions à l’occupation du territoire public, le stationnement gênant et la sécurisation des sorties d’écoles.  

"Une priorité"

"Il a fallu se réinventer", explique Bouchaib Hailoui, chef d’unité opérationnelle. Le contrôle des incivilités relatives à la propreté et au respect de l’environnement s’est dès lors imposé : déjections canines, mégots, jets ou dépôts de déchets, etc. Les deux premiers mois ont été ceux de la sensibilisation. Avec néanmoins une cinquantaine de verbalisations mensuelles.  

"Cette éco-brigade est une priorité pour moi", affirme Nadia Zourgui, adjointe à la maire en charge de la salubrité et de la tranquillité publique, qui dit recevoir "beaucoup de messages sur les incivilités liées à la propreté". "Nous avons fait de la pédagogie. Aujourd'hui, je souhaite que toute incivilité soit sanctionnée", ajoute-t-elle, en invitant les habitants à faire remonter sur le site strasbourg.eu les dépôts sauvages qu’ils constateraient. "Ce combat ne peut être gagné sans l’aide des citoyens", insiste-t-elle.  

Les dits citoyens semblent d’ailleurs apprécier la présence des agents, lesquels, en cette belle matinée, prennent aussi le temps de réorienter deux promeneurs égarés. "Beaucoup de personnes viennent nous voir pour nous remercier de notre présence", confirme un des ASVP.  <

Un bilan sera fait à l’automne. S’il est concluant, Nadia Zourgui souhaite que le dispositif soit pérennisé et étendu à l’ensemble du territoire communal.  

Gilbert Reilhac
Photos Valentine Zeler