Ajouter à mes favoris

Lorine Boudinet

Lorine Boudinet : Witch vase (2020). Faïences. Dimensions : 35 cm x 25 cm.

Portrait de Lorine Boudinet par Christophe Urbain

Votre parcours artistique ?

Issue d’une formation en Design d’objet (HEAR) et d’espace, mon travail parle de notre relation au sentiment exotique.

Etudier le design d’objet dans une école d’art était en quelques sortes ambigu. Parfois en marge du design produit industriel, mes études m’ont permis de me rapprocher du secteur de l’artisanat. L’école m’a fait me poser des questions sur nos modes de vie et sur l’importance de la fiction au quotidien.

Aujourd’hui, je cherche à créer des collections d’objets qui parlent de notre rapport au temps et avant tout (ce qui me questionne depuis mes débuts) à ce sentiment d’étrangeté qui nous envahit face à l’inconnu ; entre fascination et inquiétude. En sortant de la HEAR en 2014, il m’apparaissait évident de parler de la notion d’Exotisme. A cet instant, il était facile de se déplacer, de voyager. Depuis 2019, mon regard se pose sur un exotisme plus endogène, notamment notre rapport à la nuit et ses différentes inspirations dans l’art, le cinéma et la littérature.

 

Je revêts ce mois-ci le manteau de mes nuits pour me cacher des ombres au temps où la nature brunie, où mes nuits prennent le pas sur mes jours, où elles frappent pendant que le soleil dort au loin. Lorine Boudinet

 

Lorine Boudinet : Witch vase (2020)

Pourquoi avoir choisi cette œuvre ?

Lors d’une résidence croisée à Budapest en novembre 2019 (CEAAC) je me suis attardée sur notre relation à l’automne, à notre entrée dans la nuit et aux traditions aidant l’Homme à l’affronter.
Ce vase est extrait d’une série de motifs en terre qui tend à évoquer l’atmosphère des sous-bois par le biais du camouflage. Elle constitue une partie importante de mon travail actuel qui est de donner corps à la fiction par le biais de l’univers domestique. 
Chaque objet créé dans cet optique est porteur d’une histoire, d’un sentiment et d’une tradition liée à la nuit. Witch vase est une des pièces du théâtre d’objet qui se compose pas à pas.

 

Pourquoi le Bastion 14 ?

Résidente du Bastion 14 depuis 2018, je partage mon atelier avec une illustratrice. L’espace du Bastion 14, son atmosphère, sa situation ainsi que la cohabitation avec d’autres artistes de ma génération ont constitué pour moi le désir de faire partie des ateliers de la Ville de Strasbourg. D’autres artistes dont j’admirais le travail et qui ont également été résidents avant moi, m’ont donné envie de passer par là. 
Le bâtiment est en lui-même inspirant. J’aime son aspect brut et délabré. Je pense que cela profite aux artistes dans le sens où tout y est possible. Certaines contraintes du lieu me poussent à trouver des solutions plastiques inédites. L’espace fait en quelques sortes parti du processus de création. Il m’a fallu du temps pour y être à l’aise et comprendre comment je pouvais tirer parti d’un tel espace qui a du caractère.

 

Et pour vous suivre ?

 

Photos : © Christophe Urbain