Ajouter à mes favoris

Pierre-Louis Peny

Pierre-Louis Peny : Turbo (2020). Série de 4 sculptures, marbres, tubes d'acier, dimensions variables.

Portrait de Pierre-Louis Peny par Christophe Urbain

Votre parcours artistique ?

Lorsque Robinson se retrouve échoué sur son île, il est bien loin de penser qu’il sera bientôt ingénieur, potier, géographe, agriculteur...

Il représente pour moi une sorte de "bricoleur total", celui que la nécessité de faire pousse à apprendre sans cesse, quels que soient les domaines.

Mon parcours artistique tient beaucoup au fait de trouver un mode d'expression où la curiosité pousse à mélanger les disciplines pour mieux construire un univers qui me soit propre.

En tant que plasticien, j'apprécie l'idée de revendiquer un amateurisme polyvalent.

 

 

La mécanique des pierres.Pierre-Louis Peny 

 

Pourquoi avoir choisi cette œuvre ?

Pierre-Louis Peny : Turbo (2020)

Le monde minéral occupe une grande place dans mon travail. Les pièces que je présente font partie d'une série entamée au retour d'un séjour dans les carrières de Carrare. Comme pour d'autres projets, j'avais envie de partir d'objets qui racontent quelque chose de leur environnement. J'ai pour habitude de travailler à partir d'éléments récoltés sur les lieux que je traverse. Il s'agit ici de chutes de carottages récupérés dans les ateliers de production en bas des montagnes entaillées par l'industrie marbrière. Dans ces sculptures, les fragments de pierres s'assemblent avec des tubes d'acier pour donner forme à une nouvelle logique, presque mécanique.

 

Pourquoi le Bastion 14 ?

L'atelier se construit pour moi sur ce paradoxe d'un lieu clos qui se constitue d'une multitude d'éléments extérieurs. Il devient un espace perméable, une sorte de catalyseur.
Le bastion 14 marquait pour moi l'opportunité de me consacrer pleinement à ma pratique artistique tout en continuant à agrandir le cercle des personnes avec qui j'ai plaisir à échanger et à collaborer.

 

Et pour vous suivre ?

 

Photos : © Christophe Urbain