Ajouter à mes favoris

Vincent Gallais

Vincent Gallais : D'une nuit étoilée (2020). Technique mixte. Dimensions : 136 cm x 126 cm x 21 cm.

Portrait de Vincent Gallais par Christophe Urbain

Votre parcours artistique ?

Déjà très jeune, alors même que l'Art n'était pas habituel dans mon environnement familial, j'aspirai à faire du dessin mon métier. Étranger à ce domaine, mon berceau à tout de même suivi mon intuition en me laissant participer à des cours particuliers, et encore au lycée en spécialisation économique et sociale, j'ai pu me former et expérimenter certaines techniques. Ces expériences de confiance et de conditions m'ont permis, avec le temps, de postuler pour une école préparatoire ainsi que pour les écoles d'arts par la suite. Dans ce parcours, qui perdure maintenant depuis plus d'une dizaine d'années, une multitude de rencontres toutes aussi importantes les unes que les autres m'ont encouragé à continuer et à déployer cette pratique qui est la mienne, dépassant aujourd'hui largement les limites d’antan.

 

Comme de longs échos qui de loin se confondentDans une ténébreuse et profonde unité,Vaste comme la nuit et comme la clarté,Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.Charles Baudelaire - Extrait du poème Correspondances - Les fleurs du mal 

 

Vincent Gallais : D'une nuit étoilée (2020)

Pourquoi avoir choisi cette œuvre ?

L'œuvre "D'une nuit étoilée" est une composition murale créée après le premier confinement en 2020. Elle est le concentré de ma pratique dans son aptitude à proposer divers techniques et processus (dessin, collage, objet récupéré, ajustement...). Cette œuvre se veut être une vision poétique du voyeurisme. Le dessin présent dans la composition est une maison dont une petite lumière s'en échappe ; j'ai pu l'observer pendant de nombreuses nuits. Prendre l'air en regardant chez mes voisins et voisines m'inspire souvent leurs vies d'intérieur – leurs vies intérieures. Moments intimes et pourtant si similaires, l'être mouvant - celui qui se dit conscient et animé - contemple les nuages comme les étoiles, se fait à manger, regarde un film et dort. Chez nous durant une période solitaire à regarder le temps qui s'écoule, et cette fenêtre comme filtre de nos différences. 

 

Pourquoi le Bastion 14 ?

Le Bastion 14 était pour moi une suite logique de mon investissement dans ma pratique artistique ainsi que dans ma vie à Strasbourg. Après la sortie de l'école je me suis vu être nomade, sans atelier pendant une année environ. Pratique et agréable, je me suis tout de même rendu compte qu'un bureau à la maison n'était pas suffisant à ma pratique (malgré certaines résidences et expositions), j'avais concrètement besoin d'un atelier pour réaliser l'ampleur de mon travail qui va du dessin à l'installation en passant par la photographie et la sculpture. Le processus du travail et les recherches plus expérimentales de l'atelier, les moments de flottement aussi, sont autant de moments nécessaires à l'éveil et la créativité. Sans quoi la production ne se serait que systématique, et donc non-artistique pour moi. Une chose est sûre, si je n'avais pas eu le Bastion 14, peut être serais-je parti de Strasbourg, peut-être même de la France.

 

Et pour vous suivre ?

 

Photos : © Christophe Urbain