96 résultats
Résultats par page

Retour webmag - Culture : 2024, une année de chantiers

Publié le 30/01/2024 - Modifié le 30/01/2024

Ajouter à mes favoris

Culture : 2024, une année de chantiers

Culture

De la programmation des travaux de l’Opéra à la réfection de la toiture du musée alsacien, la Ville de Strasbourg initiera tout au long de l’année des opérations majeures sur ses équipements culturels.

Aux murs, les œuvres de l’illustratrice allemande Anna Haifisch soulignent, comme un clin d’œil, que la culture est à Strasbourg une matière bien vivante. Ce vendredi 26 janvier, c’est en effet au musée Tomi Ungerer que la maire et son adjointe aux Arts et cultures, Anne Mistler, ont tracé les grandes lignes d’une année culturelle consacrée notamment au lancement de chantiers d’envergure. "Il s’agit d’offrir de meilleures conditions de travail aux différents métiers du secteur, mais aussi un meilleur accueil du public, toujours très nombreux, de nos institutions culturelles", a expliqué Jeanne Barseghian. Revue de détails.

•    Les travaux de la Laiterie

En juillet 2024, les premiers coups de pioche seront donnés dans la salle de la Laiterie, afin d’augmenter la jauge cette salle dédiée aux musiques actuelles et d’en moderniser les installations. Les concerts seront délocalisés dans d’autres salles pendant les travaux, prévus jusqu’en 2026. Le chantier s’étendra aussi au Hall des chars, situé en face de la Laiterie. "Deux nouvelles salles y seront aménagées à partir de 2026 : l’Espace K bénéficiera d’une salle neuve et l’équipement accueillera également le Club de la Laiterie", détaille Anne Mistler.

•    Interventions dans les musées

Les collections et expositions des Musées de la Ville de Strasbourg rencontrent plus que jamais leur public. En 2023, 688 000 personnes en ont poussé les portes, soit 17 000 de plus qu’en 2019, qui comptait déjà comme une année record. "Pour continuer de répondre à cette forte attente, il est impératif de procéder à des travaux sur certains bâtiments, à commencer par le musée alsacien dont la toiture doit être refaite. Le marché sera passé d’ici la fin de l’année pour un démarrage des travaux début 2025", poursuit l’élue.
Au palais Rohan, la rénovation du Salon d’assemblée débutera également d’ici la fin de l’année. Un diagnostic général est en cours sur l’ensemble du bâtiment afin de planifier d’autres interventions, notamment pour améliorer l’accessibilité des différentes salles. Enfin, les travaux du musée zoologique s’achèvent : cet équipement appartient au patrimoine universitaire, mais les collections sont la propriété de la Ville. Le public pourra les retrouver dans leur écrin rénové dès l'an prochain.

•    La rénovation de l’Opéra

Si la gestion de l’Opéra du Rhin est partagée avec Colmar et Mulhouse, la Ville de Strasbourg est seule propriétaire du théâtre de la place Broglie. "Dès le début du XXe siècle, des défauts et inadaptations sont constatés sur ce bâtiment conçu en 1821 et reconstruit à l’identique après les dégâts de la guerre de 1870", rappelle la maire de Strasbourg, qui préside le comité de pilotage des travaux. En mars 2023, il a été décidé de rénover cet élément du patrimoine local. "Un comité de suivi a été installé afin de programmer les interventions de façon à préserver l’harmonie architecturale de tout ce secteur de la ville", précise Jeanne Barseghian. Les travaux démarreront en 2026.

•    Lumière sur les salles obscures

Après la réhabilitation du cinéma municipal désormais baptisé Le Cosmos et l’arrivée à sa tête de l’association Le Troisième souffle en 2023, d’autres soutiens à la diffusion cinématographique sont au programme de 2024. Un vaste chantier sera lancé dans les prochains mois pour rénover le bâtiment du Star St-Exupéry, qui appartient à la Ville. "La Maison de l’image, qui accueille notamment la cinémathèque régionale Mira ou encore le Lieu documentaire (Vidéo les Beaux jours), fera également l’objet de travaux cette année", ajoute Anne Mistler.

•    Un appel pour l’Orchestre philharmonique

Confronté à des difficultés financières, liées notamment à l’inflation et à la hausse du point d’indice des fonctionnaires, l’Orchestre philharmonique de Strasbourg cherche des solutions pour maintenir sa programmation artistique de haut niveau. "La Ville reste le principal contributeur de l’Orchestre, avec une subvention de 9,6 millions d’euros sur un budget total de 12,7 millions", insiste Jeanne Barseghian, qui espère qu’un nouveau tour de table des membres du conseil d’administration aboutira à d’autres soutiens exceptionnels. "Nous n’excluons pas d’alerter directement le ministère si cet appel à mobilisation ne permet pas de débloquer l’enveloppe nécessaire", complète la maire. A ces financements publics s’ajoute un effort consenti par Strasbourg Evénements, gestionnaire du Palais de la musique et des congrès, qui accorde à l’OPS un loyer inférieur aux autres locataires de la salle.


"La culture se situe au carrefour de différentes politiques publiques, elle est aussi un levier majeur dans la transformation sociétale, estime Anne Mistler. Avec 87 millions d’euros, c’est le deuxième poste budgétaire de la Ville, après l’éducation." Outre ces grands travaux, l’année 2024 sera également marquée par la labellisation Capitale mondiale du livre par l’Unesco, mais aussi par l’expérimentation de la Classe climat pour les acteurs culturels ou encore par un soutien protéiforme à la création artistique.


Lisette Gries

Photos: Jérôme Dorkel, Abdesslam Mirdass et Philippe Stirnweiss