Ajouter à mes favoris

Niederhausbergen

La commune de Niederhausbergen compte 1 350 habitants (recensement de 2011) et s'étend sur une superficie de 308,6 hectares.

Fiche signalétique

Présentation générale

Située au nord-ouest de Strasbourg, au pied des collines de Hausbergen, derniers replis des Vosges avant la plaine d'Alsace, notre commune est évoquée pour la première fois en 925, à l'occasion d'une donation de l'évêque Richwin de Strasbourg à la Fondation Saint-Thomas.

Le village s'est bâti le long des axes reliant, transversalement les communes de l'ouest strasbourgeois (Oberhausbergen/Mittelhausbergen, Mundolsheim, Souffelweyersheim).

À l'origine, essentiellement agricole, la commune s'est progressivement agrandie par création de différents quartiers, notamment pendant l'entre-deux-guerres, le long du CD 184 (rue de Hoenheim), avec la construction de maisons par des employés de la gare de triage de Hausbergen située à proximité. Depuis d'autres zones de résidences se sont rajoutées :

  • Schleifling en 1970, Saint-Thomas en 1985, les Hameaux en 1990, les Coteaux en 1992.
  • Deux zones d'activités (La Redoute et les Portes de l'Europe) accueillent diverses entreprises qui participent ainsi au développement local.

Niederhausbergen fait partie intégrante de la Communauté urbaine de Strasbourg mise en place en 1967 dans notre agglomération.

Dans l'enceinte du Fort Foch, situé sur la partie sommitale des collines surplombant la commune, est implanté l'Institut de Primatologie dépendant de l'Université Louis Pasteur. Cette unité étudie essentiellement par observation, le comportement des primates. Construit entre 1872 et 1880, par les troupes prussiennes d'occupation, le Fort servi de camp de prisonniers pendant la première guerre mondiale. Un groupe de prisonniers yougoslaves y a peint une fresque murale, récemment classée à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

Après la seconde guerre mondiale, il fut le siège d'un centre de regroupement de munitions destinées à la destruction jusqu'à l'explosion accidentelle de l'un de ces stocks, en 1953, qui fit 7 morts parmi les personnels du centre. Une plaque sur le mur d'enceinte du Fort, et un monument, transféré en 1998 dans le cimetière municipal, rappellent ce douloureux et tragique épisode de l'histoire locale.

Principaux équipements sur le territoire de la commune

Principaux équipements communaux

  • Le centre Communal d'action sociale
  • Le stade
  • La salle culturelle
  • L'école maternelle et élémentaire
  • La halte garderie avec restauration