Agenda

à partir du
20.07
DJ DUKE ( Assassin / Lyon ) + Nyouz
Le Fat Black Pussycat - Strasbourg
DJ DUKE ( Assassin / Lyon ) + Nyouz // dj set RAPDepuis plus de vingt-cinq ans, Dj Duke est derrière platines et machines. D’abord installé à Dijon, il sera de ces DJs qui montent sur Paris et écument les boutiques de vinyles de Châtelet. Comme quasiment tous, il lorgnera vers New York, qui n’est pas seulement la terre promise des MCs mais aussi celle des DJs. Il ingérera très vite la culture du remix des américains et la développera dès ses premières mixtapes, même si ce ne sont pas les siennes que l’histoire, une fois réécrite, retiendra le plus.Pendant ce temps, son premier acolyte, Al, est son binôme côté micro. Ensemble, ils réalisent « Les lions vivent dans la brousse ». Le titre deviendra l’hymne des bousillés de hip-hop installés loin de son centre névralgique parisien. Il sera aussi le morceau qui mettra en lumière Al & Duke. Repéré par Cut Killer, le morceau deviendra l’un des sons les plus marquants d’Opération Freestyle.Ironie de l’histoire, le rappeur se rapprochera de La Rumeur quand le DJ se rapprochera d’Assassin. Duke a abordé le groupe dont il est fan et notamment Squat, dès 1991. Il l’a fait au culot, comme beaucoup de choses qu’il fera durant sa carrière. Durant les six premières années, Duke assistera tantôt de près, tantôt de loin, à l’évolution de « la nébuleuse Assassin ». Jusqu’à ce qu’orphelin de Toty et Wicked Profayt, Squat lui demande de l’accompagner. D’abord sur une tournée radio, puis sur scène. Presque vingt ans plus tard, Duke est toujours le pendant de Squat aux platines. En parallèle, il écume les salles indépendantes et les festivals du monde seul ou en bande. Il monte son label pour réaliser l’album de Profecy, Le cri des briques, et fait le grand écart en réalisant des morceaux aussi bien avec L’Armée des 12 qu’avec Oxmo. Mais surtout, il raconte son Graal, sa lubie : se connecter avec des rappeurs américains.Au départ c’est en voyageant, en tissant un réseau, en faisant des rencontres et en volant des bandes vierges en radio pour y enregistrer les MCs dont il connaît les morceaux par coeur à force de les passer en soirée. Puis ce sera en les faisant venir en France, à Lyon, troisième plus grande ville de France qui des années durant n’a jamais réussi à marquer au fer rouge l’histoire du rap français. Toujours dans l’ombre des artistes, qu’il soit sur scène avec Assassin, aux manettes de l’album de Profecy, sur les premières démos du Peuple de l’Herbe ou en partageant des titres avec The Alchemist, Keith Murray ou Sean Price, rencontre avec un oldtimer qui a toujours préféré rester undercover. Comme pour mieux explorer l’underground. Qu’il s’exprime !
Ajouter à mes favoris

Actualité

Boutique Culture

Billetterie et informations culturelles : pensez Boutique Culture !